Il semblerait que les algues ne soient plus une simple ressource prometteuse, certaines marques se sont déjà emparées du sujet et ont concrétisé de premiers projets qui ont attisé notre curiosité! Quels sont les atouts qui les ont poussé vers des innovations ?

 

Culture autonome de micro-algues destinées à l’alimentation

Parmi les projets les plus expérimentaux, Ikea et son laboratoire d’innovation « Space 10 » a imaginé une structure sphérique capable de produire 450 litres de micro-algues en 3 jours. D’après des recherches scientifiques, ces micro-organismes destinés à la consommation alimentaire se révéleraient une excellente source de protéines (deux fois supérieure à la viande), de vitamines et de minéraux (50 fois plus que les épinards). Le défi a donc consisté à créer un système autonome qui permettrait une culture de proximité en grande quantité. L’objectif, réduire ainsi les transports et le gaspillage.

Ce scénario visant l’objectif écologique par l’efficacité nutritive et le circuit-court possède un troisième atout, celui de purifier l’air.

La production des micro-algues via le processus de photosynthèse permet en effet de transformer le dioxyde de carbone en énergie, tout en libérant de l’oxygène.

Dans une volonté de recherche prospective, ce scénario totalement innovant ouvre sur une solution alternative et responsable de nos modes de productions alimentaires. Elle bouscule cependant certains repères quant aux ingrédients de base constituant notre régime actuel. Un nouveau défi de taille dont des ateliers culinaires tentaient de s’emparer pour transformer et faire gouter ce nouvel aliment… Un projet passionnant appelant la créativité à toutes les étapes de son scénario !

 

Des montures de lunettes 100% naturelles à base d’algues

La marque Naoned, créée en 2011 a également fait le pari du local et de l’alternatif. Elle a consacré une année de recherches et développement, avec l’aide de l’entreprise Algopack, pour mettre au point la première monture à base d’algues marines.

Alors que 80% des montures actuelles sont composées d’acétate de cellulose (plastique à base de pétrole et de coton), le substitut est quant à lui fabriqué à base de déchets industriels d’algues brunes. Cette ressource naturelle présente l’avantage d’être inépuisable, renouvelable et compostable. Elle ne requiert aucun traitement chimique et peut être récoltée dans un rayon de 250km en Bretagne.

NAONED/ A gauche et en haut à droite: montures de la collection Dôn (2015); en bas à droite: monture Heol (2018).

En 2015, la marque bretonne présentait la collection Dôn au salon Silmo, composée de quatre modèles de solaires légères, flexibles et élégantes. Cette année 2018, elle sort la parure HEOL en édition limitée numérotée. L’aventure poursuit donc son chemin avec ce nouveau matériau vivant à l’aspect brut et aux reflets teintés.

 

La basket Ultra III au plus proche du naturel, tout en souplesse…

La marque anglaise Vivobarefoot, très reconnue par les runners a adopté un slogan plutôt éloquent :

« Les baskets pour ceux qui ne veulent pas en porter »

Elle répond à cette tendance nouvelle dans le secteur du running qu’est la course minimaliste, cherchant à se rapprocher toujours plus des sensations d’une foulée pieds nus. En 2017, la marque s’est rapproché de l’équipementier américain Bloom, spécialisé dans la transformation d’algues en mousses eco-friendly, pour concevoir la basket ULTRA III.

VIVOBAREFOOT/ Chaussure Ultra III, réalisée à partir de la mousse Bloom composée à base d’algues. (2017)

Le modèle a été pensé pour s’adapter aux différents terrains. Le choix de mousse et le squelette ajouré permettent une utilisation en eau comme sur terre. Les objectifs de souplesse et d’accroche fidèles à la marque sont atteints grâce à la combinaison d’un matériau ultra-flexible et au travail d’architecture en quadrillage hexagonal sur la partie externe de la semelle.

Très bel exemple également, car chaque paire produite évite le rejet de l’équivalent de 40 ballons remplis de CO2 et réinjecte 215 litres d’eau nettoyée dans l’environnement.

Plus d’infos sur le site de la marque.

 

Quelques mots sur l’équipementier Bloom..

L’entreprise, spécialisée depuis 50 ans dans le développement de ce nouveau genre de polymère hybride positionne sa recherche en remplacement des EVA classique. Plus concrètement, les mousses bloom se constituent de 15 à 60% d’algues et de polymère thermoplastique EVA (caractéristique pour ses propriétés de grande flexibilité et de tenue aux chocs). Si l’équipementier n’a pas encore trouvé la formule d’une mousse 100% biodégradable, elle assure poursuivre ses recherches sur le développement de ce futur éco-polymère sans en altérer ses performances actuelles.

On retiendra les nombreux secteurs d’application possibles, parmi les secteurs suivants: la chaussure, les équipements de maintien (attelles, bretelles de sacs à dos…), les revêtements adhérents pour sports nautiques, le jouet, les équipements de fitness (tapis, matelas…), les mousses pour mobilier et autres pièces industrielles…

 

On aime l’audace de ces deux derniers projets, faisant passer leurs valeurs à travers un design discret et percutant. Les démarches sont réfléchies et très innovantes à l’échelle de marques petites ou moyennes. En conclusion, nous partageons l’idée qu’un produit beau est avant tout un produit juste. Ces marques sont des modèles inspirants car elles allient leurs convictions et messages à des concrétisations bel et bien menées.